Forêt de Suzac : "La méthode de coupe d'arbres est contestable"

Forêt de Suzac : "La méthode de coupe d'arbres est contestable"

Mercredi 04 mars à 07h20, par Paul Nouzarede

L'association des "7 sentinelles" tient une nouvelle fois à alerter les candidats aux élections municipales du Pays Royannais, et plus largement de la Charente-Maritime. "La situation de nos forêts devrait intéresser tous les élus ou futurs élus de notre département touristique", prévient Olivier Marvaud, le président.


DES MÉTHODES CONTESTÉES

En janvier dernier, le Conservatoire du littoral et l'ONF (Office National des Forêts) ont décidé de l'abattage de 640 pins et chênes dans la forêt de Suzac, en Pays Royannais. Les arbres étaient trop âgés, et menaçaient, pour certains, de tomber. "C'est normal, logique, que de telles dispositions soient prises", explique Olivier Marvaud. Mais pour lui, c'est la manière d'abattre ces arbres qui est problématique. 



La forêt domaniale de la Coubre, en Pays Royannais.


Les pins et chênes ont en effet été "abattus par des engins lourdement mécanisés", déplore le président des "7 sentinelles". Problème, selon Olivier Marvaud, ces machines détruisent presque tout sur leur passage. À commencer par les autres arbres situés autour, qui eux étaient en bonne santé. Mais aussi de toute la biodiversité.


DES PROPOSITIONS

Olivier Marvaud, amoureux de la nature et de la forêt, a donc des propositions pour éviter que la situation n'empire. "C'est de plus en plus inquiétant", dit-il. La première, c'est la relance du tramway forestier de la Coubre, mis en place au XIXè siècle sous Napoléon III. "Une manière de limiter la circulation les jours de pic de fréquentation, et donc de préserver la forêt"

D'autres éventualités sont évoquées par Olivier Marvaud. Comme l'obtention du label "Forêt d'exception". Une proposition qui date d'il y a déjà plusieurs mois et années. Elle permettrait de "revenir à des techniques d'exploitation traditionnelles, et à une gestion plus mesurée de la forêt sans engins lourdement mécanisés"


"AUX ÉLUS DE PRENDRE LEUR RESPONSABILITÉ"

Pour l'instant, aucune des mesures soumises par Olivier Marvaud et son association n'a été prise en considération par les élus. Il attend désormais un signe de leur part. Pour cela, il organise des réunions publiques et invite les élus actuels et les candidats aux élections municipales. "Certains se sont déplacés lors de la dernière manifestation il y deux semaines, mais trop peu", déplore-t-il. 

Ma station
Agenda
Podcasts
Le TOP 40