Oléron : les commerçants aussi favorables à la réouverture des plages

Oléron : les commerçants aussi favorables à la réouverture des plages

Mercredi 06 mai à 17h00, par Paul Nouzarede

La pression monte autour de l'épineux sujet de la réouverture des plages. Des élus sont montés au créneau. Mais pour l'instant, la position du gouvernement est claire : les plages resteront fermées jusqu'au 1er juin, au moins.

"C'est une aberration", pour Stéphan Rocton, le président de l'association "Oléron, cœurs de villages". Il concède avoir demandé au maire de Saint-Pierre, Christophe Sueur, de lui demander d'agir. Lequel, mardi 4 mai, a envoyé un courrier au président de la République pour lui signifier qu'il prendrait un arrêté autorisant la réouverture des plages.

Le Préfet de la Charente-Maritime, Nicolas Basselier, avait alors répondu, le lendemain. "Les maires n'ont pas la compétence de lever sur leur commune une décision de l'État. L'arrêté municipal sera illégal et sans effet". Le Préfet a même précisé que les personnes se trouvant sur les plages pourront être verbalisées.


DES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES GRAVES

Stéphan Rocton se dit attristé de la situation actuelle. Il explique que "plus les plages resteront fermées, plus le tissu économique local souffrira". Et il donne un exemple, celui d'une personne qui aurait une résidence secondaire sur Oléron et sa résidence principale dans les terres. "Si les plages sont fermées, cette personne ne viendra pas dans sa résidence secondaire", lance-t-il. 

Le président de l'association "Oléron, cœurs de villages", n'envisage pas, pour l'instant, d'actions en faveur de la réouverture des plages. Mais il ne l'exclue pas. Et il ajoute : "L'ouverture des plages, ce n'est pas la décision la plus compliquée qu'un Préfet a pu prendre depuis la problématique du coronavirus".

Ma station
Agenda
Podcasts
Le TOP 40