Une joggeuse attaquée par une buse près de Soubise

Une joggeuse attaquée par une buse près de Soubise

Vendredi 05 juin à 07h48, par Paul Nouzarede

Mercredi soir, vers 17h30, alors que Stéphanie rentre du travail en courant, elle est attaquée par une buse. Le rapace a commencé à tourner, à se rapprocher, puis à attaquer par derrière au niveau de la tête. Heureusement, Stéphanie n'a pas été blessée. "J'ai appelé mon fils pour qu'il vienne me récupérer. Je n'avais plus assez d'énergie pour rentrer en courant", explique-t-elle.

Le lendemain, Stéphanie préfère en rigoler. Mais elle n'est pas prête d'oublier cette histoire. "Je suis encore stressée. J'y ai pensé dans la nuit. Et quand je vois des volatiles trop près, je ne suis pas complètement rassurée", ajoute-t-elle. 


UNE ATTAQUE INSTINCTIVE POUR PROTÉGER LE NID

Nous avons contacté Nicolas Gendre, ornithologue à la LPO, la Ligue pour la Protection des Oiseaux, dont le siège est à Rochefort. "La buse n'a agi que par instinct", explique-t-il. "Ce comportement s'explique simplement par la présence du nid à proximité, et l'oiseau défend tout simplement son nid en repoussant l'humain qu'il juge comme une menace"

Comme le raconte Stéphanie, la buse a réalisé des piquets dans sa direction pour l'attaquer par derrière au niveau de la tête. Nicolas Gendre confirme bien. Il précise que ces piquets "ne présentent pas de risques pour l'homme". En clair, c'est leur manière de nous dire qu'il ne faut pas rester trop près.

Ma station
Agenda
Podcasts
Le TOP 40