46 suppressions de postes à Nautitech : "Le pire a été évité"

46 suppressions de postes à Nautitech : "Le pire a été évité"

Mercredi 22 juillet à 08h20, par Paul Nouzarede

Ce mardi midi, Gildas Le Masson, le directeur de Nautitech à Rochefort, s'est exprimé devant ses salariés. Il leur a présenté le plan de sauvegarde de l'emploi, validé par la Direccte et qui prévoit la suppression de 46 postes. "Le pire a été évité", explique, sur Demoiselle, Gildas Le Masson. Il rappelle que le chiffre de 60 postes avait été évoqué il y a plusieurs semaines. (photo : archives)

"C'est grâce aux bonnes négociations avec les représentants du personnel", ajoute le directeur. Une négociation assez rapide, mais qui permet donc de réduire au maximum les licenciements secs chez ce constructeur de catamarans. 


Des reclassements et des départs volontaire

Sur les 46 postes supprimés, 20 font l'objet du mécanisme de l'activité partielle de longue durée. "Ces personnes-là bénéficieront de formations et pourront être ré-embauchées une fois la crise passée", assure Gildas Le Masson.

Les 26 autres postes se répartiront entre des reclassements internes (8 postes maximum) et des départs volontaires (10 postes maximum). In fine, dans le meilleur des cas, il n'y aurait donc "que" 8 licenciements secs. Dans le pire, le chiffre pourrait grimper à 26. "Des salariés se sont déjà signalés pour faire partie des volontaires", conclut Gildas Le Masson.


Une crise inévitable

L'an dernier, Nautitech a produit un peu moins de 80 catamarans. Un chiffre égal à celui de l'année passée. Mais pour l'exercice 2020, le nombre de bateaux construits devrait être moitié moins élevé. 

"Mon rôle premier est d'anticiper des problèmes à venir pour qu'ils ne deviennent pas une réalité", explique le directeur. Le marché est en baisse. "Je devais m'adapter à la demande", ajoute-t-il.  

Ma station
Agenda
Podcasts
Le TOP 40