logo

Sondage

COVID : Prêt(e) pour un reconfinement général ?

Rochefort : des coiffeurs posent nus pour dénoncer la fermeture de leur salon

Rochefort : des coiffeurs posent nus pour dénoncer la fermeture de leur salon

Jeudi 12 novembre à 10h24

actualite

"Mon coiffeur à poil", c'est le nom d'un mouvement lancé sur les réseaux sociaux. Deux coiffeurs de Rochefort y participent.

"Quitte à se faire mettre à poil par l'État, autant le faire soi-même". Voilà le commentaire ajouté à la photo sur le réseau social Instagram par Mickaël, gérant, avec Amandine, du salon de coiffure "Le Studio", à Rochefort. Ils ont donc posé nus, eux aussi, ce week-end, et ont publié les photos sur leur profil. Le mouvement "Mon coiffeur à poil" a en fait été lancé par un coiffeur havrais il y a plusieurs jours.



Il y a une grande incompréhension chez les coiffeurs aujourd'hui. Mickaël et Amandine ne comprennent pas pourquoi leurs salon est fermé, alors que les gestes-barrières pourraient être scrupuleusement respectés. "Après le premier confinement, l'État nous a fait acheter du gel hydroalcoolique, du plexiglass, des masques et des peignoirs pour accueillir nos clients. Et aujourd'hui, l'État nous demande de fermer", regrette Mickaël.


Un message à faire passer aux élus locaux

Pour Mickaël et Amandine, les trois mois d'arrêt d'activité liés au confinement leur valent une perte du chiffre d'affaires annuel d'environ un tiers. "Le salon ne nous fait plus vivre aujourd'hui", ajoute Mickaël. En concédant que d'autres commerces de proximité sont moins bien lotis qu'eux.

Amandine et Mickaël, à travers leur participation au mouvement "Mon coiffeur à poil", veulent alerter les élus locaux. "Il faut des commerces de proximité pour faire vivre le centre-ville. J'attends du maire de Rochefort qu'il fasse pression pour que nous, commerçants, ayons des aides financières", glisse Mickaël.


Amandine et Mickaël dans leur salon de coiffure "Le Studio" à Rochefort. (©Photo : P. Nouzarede)

Une "coiffure maison" plutôt que dans un salon ?

Convaincu que le confinement sera prolongé au-delà du 1er décembre, Mickaël ne souhaite pas pour autant que les salons de coiffure rouvrent leurs portes immédiatement. "Si on doit rouvrir pour refermer un peu plus tard car l'épidémie repart à la hausse, ce n'est pas la peine", glisse-t-il.

En revanche, l'inquiétude, c'est de savoir si les clients seront encore aussi nombreux à venir une fois que les salons auront rouvert. "Les clients pourraient se couper les cheveux ou faire leurs couleurs eux-mêmes", s'inquiètent Amandine et Mickaël.

Partagez cet article

Autres articles dans le même thème