logo

Sondage

Partez-vous en vacances cet été ?

Saintes : mobilisation contre le projet de logements au Bois de la Grelauderie

Saintes : mobilisation contre le projet de logements au Bois de la Grelauderie

Vendredi 18 juin à 16h34

actualite

Les riverains, un collectif environnemental et des élus d'opposition ne veulent pas des 46 logements prévus par un promoteur privé

C'est ce samedi 19 juin qu'ils ont prévu de se mobiliser. Riverains, membres du collectif environnemental et élus se donnent rendez-vous devant le Palais de justice de Saintes, à 10 heures 30, pour protester contre le projet de 46 logements prévus sur une partie des trois hectares du Bois de la Grelauderie. Reportage :


demoisellefm · Reportage - Bois de la Grelauderie


Le promoteur privé prévoit de raser une partie du bois pour en faire 46 logements. Il a déposé un permis de construire en mairie. Permis qui a été validé et qui devait être signé ce 30 juin, mais le maire, Bruno Drapron, a fait machine arrière. Il vient de surseoir au permis de construire en demandant aux services de l'État la possibilité de réaliser des études (d'impact et environnementale) supplémentaires.


Plusieurs mois de procédures à venir

Une décision qui a fait suite à une réunion entre Bruno Drapron et des riverains, membres du collectif environnemental et élus d'opposition. En clair, le maire demande aux services de l'État - en l'occurrence la DREAL - si oui ou non les études peuvent se faire. Si oui, alors elles se feront et le projet serait ainsi pendant aux résultats de ces études.

Car il y a quelques semaines déjà, les riverains ont alerté en signalant la présence, dans la bois, d'un écureuil roux. Il s'agit d'une espèce protégée. Cela pourrait donc pousser la mairie à la requalification du Bois de la Grelauderie en zone protégée.


Le projet remis en cause ?

Il faut dire qu'en 2019, le PLU (Plan Local d'Urbanisme), avait été modifié par le maire, Jean-Philippe Machon, et son équipe. L'idée était de déclassifier une partie du bois pour qu'un projet immobilier puisse voir le jour. Chose faite, donc, en 2019. Aujourd'hui, c'est le nouveau maire, Bruno Drapron, qui récupère le dossier. (©photo : P. Nouzarede - Demoiselle FM)

Un dossier complexe, puisque la municipalité est en besoin de logements - sociaux notamment - pour éviter de payer des pénalités en raison de la loi SRU. Bruno Drapron, d'ailleurs, confirme qu'il n'est pas contre la reclassification de la partie du bois en zone protégée. Il invite même le collectif environnemental qui s'est créé à racheter la parcelle à la mairie.

Partagez cet article

Autres articles dans le même thème