logo

Sondage

Éolien en mer au large d'Oléron : pour ou contre ?

Forêt de la Coubre : "il y a un danger pour la pérennité de l'espèce de cerfs"

Forêt de la Coubre : "il y a un danger pour la pérennité de l'espèce de cerfs"

Mardi 05 octobre à 11h48

actualite

En plein période de brame, Olivier Marvaud, fin connaisseur de la forêt, alerte sur la baisse de population de cerfs.

Écoutez ce son :

Il s'agit du brame, le cri que font les grands cerfs pendant la période de reproduction. Un bruit que l’on peut entendre en Charente-Maritime, en particulier dans la forêt de la Coubre, en Pays Royannais. Enfin, moins qu’avant, selon Olivier Marvaud. Ce grand amateur de la forêt, fin connaisseur des lieux, observe de moins en moins de grands cervidés. "Se pose la question de la pérennité de l’espèce", dit-il. (©photo d'illustration)

Olivier Marvaud continue d'alerter les élus locaux sur ces questions. Il relève que certains ne connaissent pas ou peu la forêt, alors même qu'elle fait partie de leur territoire. "Tout le monde doit protéger ce patrimoine", ajoute-t-il.


Entre coupes d'arbres et plans de chasse pas adaptés

Depuis quelques années, il est vrai que les soirées habituellement bruyantes ont laissé place à un silence parfois assourdissant. Olivier Marvaud affirme qu’il n’y aurait plus qu’une quinzaine de cerfs aujourd'hui, contre une soixantaine il y a cinq ou six ans. "J'ai eu la chance, cette année, d'entendre le brame mais il faut relativiser parce que les conditions étaient idéales", explique-t-il. 

Alors pourquoi cette baisse ? Selon Olivier Marvaud, les coupes d’arbres massives dans la forêt et les plans de chasse pas adaptés seraient responsables. Le dialogue avec l’Office National des Forêts, le gestionnaire de la Coubre, est parfois difficile. "Il y a des directives nationales qui visent à couper du bois", sourit-il ironiquement. Et d'ajouter : "la tentation est grande quand on sait qu'il y a actuellement une pénurie de bois".

Partagez cet article

Autres articles dans le même thème