logo

Sondage

Cet hiver, ski ou pas ski ?

Interview. Arnaud Montebourg est venu parler de santé sur Demoiselle

Interview. Arnaud Montebourg est venu parler de santé sur Demoiselle

Jeudi 18 novembre à 19h11

actualite

Le candidat à l'élection présidentielle est passé par les studios de Demoiselle ce jeudi.

Il est pour profondément revoir l'organisation des ARS, Agences Régionales de Santé. Invité du Midi 6 de Demoiselle ce jeudi 18 novembre, le candidat à l'élection présidentielle, Arnaud Montebourg, n'a pas mâché ses mots contre cette administration qu'il incrimine dans la crise que traverse le système sanitaire français. Il ne partage cependant pas tout à fait le souhait du président du conseil régionale de Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, de confier aux territoires la maîtrise de l'ARS.

"Je suis favorable à la suppression de la bureaucratie de l'Agence Régionale de Santé", affirme Arnaud Montebourg, qui explique que ce sont ces instances "qui nous ont mis dans cette situation de crise hospitalière". Pour Arnaud Montebourg, l'ARS ne fait qu'exécuter des directives nationales qui n'ont aucun rapport avec les besoins de santé de la population. Le candidat à la présidentielle souhaite les rattacher aux préfets, "qui, eux, sont attentifs aux élus".


La question des déserts médicaux

Arnaud Montebourg dénonce aussi le "scandale" de l'augmentation des déserts médicaux dans de nombreux territoires ruraux. Il a cité l'exemple de son département de Saône-et-Loire, qui a choisi de créer des maisons de santé avec des médecins salariés. "Soixante-quatorze médecins embauchés dans mon département", avance-t-il. (©photo : Demoiselle FM)

Selon lui, les problèmes des déserts médicaux ont été résolus. "Il va falloir imaginer des médecins payés aux 35 heures sur la grille hospitalière", ajoute le candidat. Autrement dit, les professionnels pourront choisir entre la branche libérale et la branche salariée. "Beaucoup de jeunes médecins ne veulent pas faire 60 heures par semaine pour s'occuper de leurs enfants, et ça fonctionne", conclut Arnaud Montebourg.

Interview complète

Partagez cet article

Autres articles dans le même thème