logo

Sondage

Cet hiver, ski ou pas ski ?

La Rochelle : surprise après la relaxe de l'homme qui a traîné son chiot

La Rochelle : surprise après la relaxe de l'homme qui a traîné son chiot

Mardi 23 novembre à 12h16

actualite

L'individu, ivre, avait traîné son chiot à bout de laisse derrière sa trottinette électrique.

L’incompréhension et l’indignation après la relaxe de l’homme qui a traîné son chien à bout de laisse derrière sa trottinette électrique. On vous en parlé sur Demoiselle. En début d’année, l’individu de 40 ans ne s'était pas aperçu que son husky de deux mois n’arrivait pas à suivre la cadence. L’homme se rendait à l’école de son fils située à trois kilomètres. Il était ivre au moment des faits : 1,40 gramme d’alcoolémie.

Lors du procès ce lundi 22 novembre 2021, le tribunal correctionnel a relaxé le quadragénaire pour absence d’élément moral et faute de preuves intentionnelles. L’association "Stéphane Lamart", défenseure du droit des animaux, s’est constituée partie civile, tout comme la fondation 30 millions d’amis. Pour Stéphane Lamart, qui regrette que l’individu ne se soit pas présenté à l’audience, c’est une décision ubuesque. "Le procureur a été très ferme dans ses réquisitions (six mois de prison avec sursis probatoire et confiscation du chiot) mais la présidente ne l'a malheureusement pas suivi", regrette-t-il.


Le droit des animaux est-il suffisamment reconnu par la justice ?

Pour Stéphane Lamart, cette décision de justice révèle qu'il y a une trop grande différence de traitement selon si la victime est un humain ou un animal. D'autant que l'individu a pu récupérer son husky. Absent de l’audience, l'avocat du quadragénaire a expliqué qu’il ne s’était pas rendu compte que le husky de deux mois n’arrivait pas à suivre la cadence. Le chien avait été récupéré ensanglanté par les policiers, prévenus par des passants.

Stéphane Lamart explique que ces faits sont de plus en plus récurrents. "Aujourd'hui, on attache son chien à une trottinette, à leur voiture ou à un scooter", déplore-t-il. Ce dernier ne veut donc plus que ces actes ne se répètent pas. "Nous allons demander aux députés de légiférer pour interdire ce genre de pratique", ajoute Stéphane Lamart. (©photo d'illustration)

Interview de Stéphane Lamart :

Partagez cet article

Autres articles dans le même thème