logo DAB+

Sondage

Davantage de TER, vous êtes

Hermione : l'agglomération veut bien soutenir, mais en connaissance de cause

Hermione : l'agglomération veut bien soutenir, mais en connaissance de cause

Vendredi 15 décembre 2023 à 07h57

actualite

Un débat s'est tenu ce jeudi soir en conseil communautaire pour savoir si l'agglomération est prête à suivre financièrement.

"Oui nous aimons l’Hermione, mais nous voulons des garanties sur les montants et sur son retour à Rochefort avant de remettre la main au portefeuille". Voilà le résumé d’un débat très animé ce jeudi 14 décembre en conseil communautaire de la Communauté d'Agglomération Rochefort Océan. Les élus devaient débattre sur une délibération importante : celle de la région Nouvelle-Aquitaine, qui veut s’assurer que l’Agglomération et le Département mettront à nouveau de l’argent sur la table pour les réparations de la frégate. On le rappelle, il manque encore 5,3 millions d’euros pour achever les travaux. Les trois collectivités ont déjà mis au pot 450.000 euros chacune en juillet dernier.

Mais voilà, l’association est en panne de trésorerie. Elle demande donc une avance remboursable sans intérêts aux collectivités pour que les travaux progressent plus vite. Et la Région veut bien mettre sur la table 1,3 millions, à condition, donc, que la CARO et le Département soient prêts à donner aussi. Pour l’agglomération, c’est un grand non … pour l’instant. Résumé de la soirée.


Pas de chèque en blanc

La région voulait sonder l’agglomération, elle n’est pas déçue. Quasiment à l’unisson, les élus de la CARO expriment une certaine méfiance - pour ne pas dire défiance - vis-à-vis de l’association. “Il faut continuer à soutenir, reste à savoir de quelle manière”, résume le président Hervé Blanché. “On est dans le flou. L’association veut naviguer mais nous on veut revoir l’Hermione à Rochefort”, ajoute Claude Maugan, le maire d’Échillais. Il fait référence à l’ambition de l’association de naviguer à Nice en juin 2025, juste après les travaux, pour la Conférence des nations unies sur l’océan.

“On a soutenu en juillet en posant nos conditions. Si l’Hermione ne doit pas revenir à Rochefort comme nous l’envisageons, alors chacun mènera sa vie de son côté”, souligne le maire de Soubise, Lionel Pacaud. “Il s’agit d’abord de finir les travaux”, répond Rémi Justinien, également conseiller régional, ajoutant que, oui, les collectivités seront amenées à verser, à nouveau, de l’argent à l’avenir. "On se moque de nous ! L'association est loin d'avoir les 5,3 millions d'euros qui manquent", enchérit Isabelle Gireaud.


Quelle somme demandée ?

Pour plusieurs élus de petites communes, les sommes font tourner la tête. “La masse salariale de l’association est de 1,2 millions d’euros, c’est plus que mon budget”, peste Angélique Lerouge, la maire de Muron. Elle pointe ici un des problèmes soulevés aussi par les collectivités : les dépenses trop importantes de l’association. Les élus ont d’ailleurs posé la condition de réduction de cette masse salariale, sans quoi de nouvelles aides ne seraient pas permises.

Sébastien Bourbigot, vice-président au tourisme, prend alors la parole : “OK pour soutenir, mais nous voulons des chiffres, un bilan et des prévisions ; même une petite association pour quelques centaines d'euros de subventions fournit ce genre de documents. On nous parle de mécénat, mais où en est-on ? La défiance s’est installée. À ces conditions, pour l’instant, c’est non”, dit-il. Et Hervé Blanché de répondre : “Je ne peux pas donner de chiffres car les bilans ne sont pas clôturés. Ce que l’on peut dire, c’est au moins que l’association n’est pas en cessation de paiement”.


"Tout cela est clair comme l'eau de la Charente"

Pour Rémi Letrou, chef de file de l'opposition, il fallait répondre favorablement à la demande de la Région, mais en posant nos conditions et en proposant un vrai projet d'avenir pour la frégate à Rochefort. "Là ce n'est pas une subvention, c'est une avance remboursable", peste l'opposant.

Peut-être une autre lueur d’espoir pour l’association : une réunion s’est tenue récemment à Matignon pour évoquer une aide supplémentaire de l’État. Quoi qu’il en soit, les 5,3 millions d’euros restant sont encore loin d’être atteints. Isabelle Gireaud conclut le débat : “Tout cela est clair comme l’eau de la Charente”. Suite au prochain épisode. Un nouveau conseil communautaire est prévu le 18 janvier 2024.

Partagez cet article

Les plus vus

Indisponible

Autres articles dans le même thème