logo

Sondage

Davantage de TER, vous êtes

Les rochelaises dans l'enfer du Nord

Les rochelaises dans l'enfer du Nord

Jeudi 14 avril à 23h31

sports

Les filles du Stade Rochelais Charente Maritime Women Cycling sont au départ de Paris Roubaix.





Elles se nomment Noémie Abgrall, Kristina Nenadovic, India
Grangier, Maeva Squiban, Anastasia Kolesava et FrancésJansé Van Resburg. Ces
six coureures membres de la formation cycliste du Stade Rochelais seront au
départ ce samedi de la deuxième édition du Paris Roubaix Féminin. Certaines
d’entre elles y ont participé pour la première fois à l’automne 2021 et savent
d’ores et déjà ce qui les attend. Mais contrairement à ce que beaucoup
pourraient croire, elles sont impatientes d’y retourner. De la folie ? Non
mais pour faire Paris Roubaix, il faut aimer cette course. Et elles en sont
tombées amoureuses l’an dernier. Et puis il y a ce défi de montrer au monde du
vélo que l’enfer du Nord n’est pas uniquement une affaire de mecs. La
britannique Lizzie Deignan en a fait la démonstration lors de sa victoire en
2021, mais cette fois il s’agit d’enfoncer le clou un peu plus dans l’esprit
des incrédules : » La reconnaissance des secteurs pavés leur a donné
de la confiance en elles » assurent Jean Christophe Barbotin le directeur
sportif «  Elles savent où elles vont mettre les roues ». Depuis le
début de la semaine, nos rochelaises ont donc arpenté les vingt-neuf kilomètres
de pavés qui seront autant d’embûches demain en course. Les réglages ont été
faits sur les vélos : » Certaines ont des cadres qui absorbent les
chocs. Nous avons opté pour des boyaux de 28 sous gonflés, des roues taille basse
et nous avons renforcé l’épaisseur de guidoline pour un meilleure confort »
précise leur directeur sportif. Rien n’est laissé au hasard en tout cas le
moins possible. Car tout peut arriver sur Paris Roubaix « et il faut
l’accepter » selon les dires d’un grand Monsieur de la Reine des
Classiques Marc Madiot. D’autant que le départ de l’épreuve sera donné juste
après la mythique Trouée d’Arenberg et attaquera les premières difficultés par
un des secteurs pavés les plus durs de HornaingWandignies. Les filles ont donc
reçu les consignes fort et clair : se positionner à l’avant et montrer le
maillot. Lors de l’édition précédente, beaucoup de concurrentes avaient chuté
d’entrée sans pouvoir ensuite revenir sur la tête de course. Et puis, nos
rochelaises ont en tête bien sûr leur qualification pour le Tour de France. ASO
a accordé à la formation maritime une invitation pour la Grande Boucle en
Juillet. Le graal du coureur cycliste fille ou garçon : » Nous sommes
les petits poucets » concède Jean Christophe Barbotin «  Il faut leur
montrer qu’ils ont  raison de nous faire
confiance ». Pour l’heure, les six représentantes du Stade Rochelais
bénéficient d’un début de saison peu chargé en courses : » Nous nous
sommes préparés au soleil en Espagne et en Turquie avant de courir des épreuves
entre la Belgique et la Hollande. Les filles ne sont donc pas entamées
physiquement ». Tous les feux sont donc au vert pour ces dames. Il ne leur
reste plus qu’à attaquer ce monument du cyclisme pour faire partie de celles
qui vont écrire la légende du Paris Roubaix Féminin du côté de Gruson ou du
Carrefour de l’Arbre.



 

Partagez cet article

Autres articles dans le même thème