Quand trouver un médecin généraliste devient un véritable casse-tête

Quand trouver un médecin généraliste devient un véritable casse-tête

Vendredi 06 mars à 08h00, par Paul Nouzarede

Nouvelle illustration de la désertification médicale en Charente-Maritime. Un praticien, situé à Marennes, vient d'annoncer à la municipalité qu'il quitte les lieux. La mairie a pris ses dispositions pour tenter d'attirer un nouveau praticien.


UN CONSTAT VRAI PARTOUT

"La désertification médicale touche toute la Charente-Maritime, aussi bien le secteur rural que les villes", admet Pascal Révolat, président de l'Ordre des médecins de Charente-Maritime. Selon lui, elle est due"en grande partie à un problème de démographie médicale". Un problème signalé aux instances il y a déjà plusieurs années, regrette Pascal Révolat.

Exemple à Rochefort, où les médecins généralistes n'acceptent quasiment plus de nouveaux patients. Un praticien nous a confié que certains de ses clients réguliers "habitent à plus de vingt kilomètres du cabinet médical"


QUELLES SOLUTIONS ?

Face à ce constat, les solutions paraissent difficiles à mettre en oeuvre. Pour Pascal Révolat, il faudrait déjà "réduire le temps administratif que chaque médecin généraliste doit consacrer dans son exercice". Selon une étude récente, un médecin passe sept heures par semaine de son temps à remplir des papiers. L'équivalent de plus d'une heure par jour, et donc trois ou quatre consultations de plus tous les jours. "Presque de quoi éponger le manque", souligne Pascal Révolat. Il regrette que les instances n'entendent pas cet argument.

La question de la difficulté de l'examen de médecine est parfois mise en cause. Pour certains, la scolarité des futurs praticiens est "trop complexe". Pour Pascal Révolat, "il n'est pas question de simplifier l'examen", d'autant qu'il vient d'être modifié. Le nouveau système n'est plus seulement orienté vers les filières scientifiques. "D'autres provenances de faculté - littéraire ou psycho par exemple - permettent maintenant de poursuivre des études de médecine. Ce qui n'était pas le cas auparavant"

Ma station
Agenda
Podcasts
Le TOP 40