logo

Sondage

COVID : Prêt(e) pour un reconfinement général ?

Rochefort : une plainte pour violences policières classée sans suite

Rochefort : une plainte pour violences policières classée sans suite

Jeudi 19 novembre à 16h01

actualite

Une femme affirmait avoir été victime de brutalités en septembre, alors qu'elle venait au commissariat pour porter plainte.

Il n'y a donc pas eu de violences policières au commissariat de Rochefort. Le Procureur de la République de La Rochelle-Rochefort, Laurent Zuchowitz, met un terme à la polémique lancée par une enseignante en classant la plainte sans suite. Cette dernière avait porté plainte contre les gardiens de la paix. Elle affirmait avoir été victime de brutalités le 21 septembre 2020, alors qu'elle venait porter plainte après une tentative de cambriolage à son domicile.

"Allégations de violences policières", voilà le titre du communiqué du procureur de la République. Un titre sans ambiguïté. Laurent Zuchowitz précise que l'enquête diligentée par la Sûreté Départementale n'a pas permis de caractériser les faits dénoncés par la plaignante. Tout d'abord car les violences ont été formellement contestées par les fonctionnaires de police en cause.

"Je l'ai vue se rouler par terre comme un footballeur"


D'ailleurs, les violences avancées par la plaignante ne sont pas corroborées par l'exploitation de l'enregistrement vidéo, ni par deux témoins présents au moment des faits. Le premier témoignage est celui d'un avocat. Il a déclaré que lorsque la plaignante a été avisée que sa plainte ne pouvait être recueillie, elle avait adopté un comportement très virulent, vociférant et tenant des propos outrageants, avant d'entrer de force dans le commissariat en se jetant sur le chef de poste et en le poussant.

Le deuxième témoin, c'est celui d'un homme qui accompagnait sa conjointe pour une audition. Il a indiqué ceci : "lorsque je l'ai vue se rouler par terre dans la rue, ça m'a fait penser à un footballeur faisant semblant d'être blessée". Et d'ajouter : "elle cherchait à se faire passer pour une victime, et en plus elle provoquait les policiers"

Partagez cet article

Autres articles dans le même thème